Ode aan Camille Claudel

In het boek van Anne Delbée over het fascinerende en droevige leven en werk van de Franse beeldhouwster Camille Claudel las ik volgend gedicht van Victor Hugo. Speciaal voor gedichtendag!

Le sacre de la femme

Chair de la femme ! argile idéale ! ô merveille !
Pénétration sublime de l’esprit
Dans le limon que l’Être ineffable pétrit !
Matière où l’âme brille à travers son suaire !
Boue où l’on voit les doigts du divin statuaire !
Fange auguste appelant le baiser et le coeur,
Si sainte, qu’on ne sait, tant l’amour est vainqueur,
Tant l’âme est vers ce lit mystérieux poussée,
Si cette volupté n’est pas une pensée,
Et qu’on ne peut, à l’heure où les sens sont en feu,
Étreindre la beauté sans croire embrasser Dieu !